Nous contacter Facebook Google

Arthrose du genou

L’arthrose du genou

L’articulation du genou est composée du fémur, du tibia et de la rotule (ou patella). Ces os sont recouverts de cartilage qui joue le rôle d’un coussin, en association avec les ménisques.

Le fémur et le tibia sont reliés par les ligaments croisés (antérieur et postérieur) et les ligaments latéraux (interne et externe).

On peut comparer l’articulation du genou à une roue de voiture, les ménisques jouent le rôle d’un pneu entre le fémur (la jante) et le tibia (la route). Quand la roue a beaucoup roulée, elle s’use, on parle d’arthrose, pour être précis, au genou : de gonarthrose.

Qu’est ce que l’arthrose du genou ?

L’arthrose est une atteinte lente et le plus souvent progressive du cartilage du genou. Cette usure peut être normale, due à l’âge, on parle d’arthrose primaire. Elle peut également être secondaire à des maladies (poly-arthrite, arthrite septique…) ou à des traumatismes (fracture du plateau tibial, du fémur distal …).

L’usure peut atteindre une partie du genou, on parle d’arthrose partielle ou uni-compartimentale, ou tout le genou on parle d’arthrose tri-compartimentale (complète).

La stabilité du genou est assurée par les ligaments croisés. Une rupture du ligament croisé, est un facteur de développement d’une arthrose plus précoce. Si vous présentez un cartilage de qualité encore correcte, on peut proposer une reconstruction des ligaments croisés, parfois associée à une correction de l’axe de la jambe par une ostéotomie.

En effet, l’axe de la jambe est un élément très important de l’évolution de l’usure. Ainsi, avec une jambe en dedans (on parle de varus, ou genu-varum), le genou a tendance à s’user à sa partie interne. Au contraire, quand l’axe de la jambe est en dehors (on parle de valgus, ou genu-valgum) l’arthrose se développera d’abord à la partie externe.

Qu’est ce que je ressens si j’ai de l’arthrose ?

La principale manifestation de l’arthrose du genou est une douleur au niveau du genou, d’abord lors d’effort important : sport (course à pied, randonnée en descente…) puis lors d’efforts de moins en moins importants : descente des escaliers, marche… Habituellement, ces douleurs diminuent au repos.

Le plus souvent, le genou gonfle, les gens parlent d’épanchement de synovie. Parfois, ce liquide synovial qui est en quelque sorte un lubrifiant du genou forme un kyste à la partie postérieure du genou : on parle de kyste poplité. Ces épanchements peuvent être traités d’abord par des moyens simples : application de pommade anti-inflammatoire, d’argile verte, de glace. En cas de persistance, ils peuvent être ponctionnés par un médecin.

Parfois, le genou peut se bloquer, les personnes atteintes d’arthrose du genou peuvent avoir l’impression d’un genou qui se dérobe. Cela peut être dû à une atteinte du ménisque ou bien des ligaments croisés. Cela peut aussi se manifester par un genou instable. Il peut également y avoir dans le genou des petits corps étrangers : on parle d’ostéochondrome qui peuvent se déplacer dans le genou voire le bloquer temporairement.

Comment savoir si j’ai de l’arthrose ?

Si vous pensez avoir de l’arthrose au genou, vous pouvez consulter votre médecin traitant ou un spécialiste d’Orthopole pour avoir un examen clinique et une radiographie simple du genou avec un cliché de face, de profil, un cliché en charge (schuss) et un défilé fémoro-patellaire. Cela sera éventuellement complété par un cliché des membres inférieurs dans leur ensemble (pangonogramme ou EOS) ou par une IRM du genou.

Que faire ?

La première chose à faire, et la moins risquée est d’adapter votre activité à vos douleurs. Il est important de garder une activité physique adaptée, d’au moins 30 minutes 3 fois par semaine. Les sports en décharge, où vous ne portez par votre poids sont souvent mieux supportées (vélo, natation). Les kinésithérapeutes d’Orthopole peuvent vous aider à reprendre une activité sportive. Il est également important de contrôler son poids, un nutritionniste ou une diététicienne peuvent vous y aider.

Un traitement médical peut aussi être instauré, il consiste d’abord à appliquer localement des pommades anti-inflammatoires, des emplâtres d’argile verte, de la glace… On peut ensuite passer au traitement général par des antalgiques classiques type paracétamol, associés à des anti-inflammatoires (attention aux contre-indications).

Ensuite des infiltrations peuvent être réalisées, corticoïdes pour diminuer l’inflammation et soulager rapidement, visco supplémentation (acide hyaluronique) ou plasma riche en plaquettes (PRP). Les rhumatologues et les médecins du sport d’Orthopole peuvent vous proposer ce traitement.

Enfin, après analyse de votre cas, une solution chirurgicale peut être proposée. Il peut s ‘agir d’une arthroscopie pour une lésion du ménisque, d’une ostéotomie pour corriger un défaut d’axe de la jambe, d’une prothèse partielle du genou (prothèse uni-compartimentale) ou d’une prothèse totale de genou. Toutes ces solutions chirurgicales bénéficient des dernières évolutions dans la planification et la réalisation au bloc opératoire (chirurgie assistée par ordinateur, navigation), dans la technique de chirurgie mini invasive et dans les protocoles de prise en charge péri-opératoire (Récupération Améliorée Après Chirurgie) permettant d’effectuer ce geste en ambulatoire dans de nombreux cas.