Nous contacter Facebook Google

Ligamentoplasties sur mesure pour le sportif

Ligamentoplastie du genou pour rupture du ligament croise antérieur

Pourquoi vous opérer ?

Le Ligament Croisé Antérieur (LCA) occupe une place centrale dans le genou. Il stabilise l’articulation dans les mouvements de flexion et rotation (pivot) très fréquents dans certains sports (football, handball, rugby, ski). Son absence entraîne une instabilité dans ces mouvements et rend impossible certains sports. De plus, sans LCA, le genou ne bouge pas correctement et se dégrade plus vite que la normale (lésions méniscales après 5 à 10 ans puis arthrose). Ces deux raisons rendent nécessaire la reconstruction de cet important ligament : la ligamentoplastie.

Une IRM du genou confirmera la lésion du LCA suspectée à l’examen clinique réalisé par le chirurgien et recherchera des lésions associées (ménisques, cartilage…)

Le ligament croisé antérieur et vue sous arthroscopie

LCA normal et LCA rompu

Les techniques :

Plusieurs techniques peuvent être employées. Elles consistent toutes à prélever des tendons ou ligaments pour remplacer le LCA. Les transplants sont passés à l’intérieur du genou et fixés par du matériel résorbable ou non de chaque côté dans le tibia et le fémur dans des tunnels osseux. Le Kenneth-Jones (KJ) utilise une partie du tendon rotulien (entre rotule et tibia). Le DIDT et le DT4 (Droit interne–Demi Tendineux), utilise les tendons de muscles situés à la face interne de la cuisse. On peut dans certains cas renforcer la plastie pas une plastie externe avec une partie du tendon du muscle fascia lata (retour externe).

Principe de la ligamentoplastie et vue du transplant sous arthroscopie

Le déroulement de l’hospitalisation :

L’entrée se fait le jour de l’intervention. L’intervention se fait soit sous une anesthésie générale, soit sous rachianesthésie (type péridurale) des deux jambes.

L’intervention se déroule sous endoscopie avec l’aide d’une caméra. Un bilan articulaire est alors fait à la recherche de lésions méniscales puis le nouveau ligament est mis à la place du ligament cassé.
Le patient marche le jour de l’opération, protégé par une genouillère à porter pendant 3 semaines et une paire de cannes anglaises pendant 15 jours. L’arrêt de travail dépend du type d’activité professionnelle.

La sortie se fait le plus souvent le jour même (chirurgie ambulatoire) avec un protocole de kinésithérapie précis et des rendez vous de surveillance. Les sports à pivots peuvent être repris après le 6èmemois.

Les risques :

Ce sont ceux de toute intervention chirurgicale. Les risques spécifiques de ce type de chirurgie sont rares.

  • Les hématomes et épanchements intra articulaires sont efficacement combattus par drainage et glaçage intensif.
  • La kinésithérapie immédiate limite les pertes musculaires.
  • La mobilisation et la marche rapide diminuent les risques de phlébites.
  • Les infections sont rares et traitées par un lavage et des antibiotiques, elles peuvent être sources de douleur et de raideur.
  • Même parfaitement intégré, le transplant n’est pas plus solide que le ligament initial et peut donc lui aussi se rompre si un nouveau traumatisme survient ou si le protocole de rééducation n’est pas strictement suivi.